La Boîte à ragots

BIENVENUE SUR LA BOITE A RAGOTS D'ECAUSSINNES !
CECI EST UN FORUM DE DISCUSSIONS OUVERT. MALGRE SON NOM, IL N'EST PAS DESTINE
AUX CALOMNIES ET DIFFAMATIONS, AUSSI RESPECTEZ LES TEXTES DE LOI ET PRENEZ VOS RESPONSABILITES!
LES POSTS CACHES DERRIERE PROXY SERONT EFFACES

EXTRAIT DU CODE PENAL :

CHAPITRE V.-DES ATTEINTES PORTEES A L'HONNEUR OU A LA CONSIDERATION DES PERSONNES.

Art. 443. Celui qui, dans les cas ci-après indiqués, a méchamment imputé à une personne un fait précis qui est de nature à porter atteinte à l'honneur de cette personne ou à l'exposer au mépris public, et dont la preuve légale n'est pas rapportée, est coupable de calomnie lorsque la loi admet la preuve du fait imputé, et de diffamation lorsque la loi n'admet pas cette preuve. Art. 444. Le coupable sera puni d'un emprisonnement de huit jours à un an et d'une amende de vingt-six euros à deux cents euros, lorsque les imputations auront été faites : - Soit dans des réunions ou lieux publics; - Soit en présence de plusieurs individus, dans un lieu non public, mais ouvert à un certain nombre de personnes ayant le droit de s'y assembler ou de le fréquenter; -Soit dans un lieu quelconque, en présence de la personne offensée et devant témoins; - Soit par des écrits imprimés ou non, des images ou des emblèmes affichés, distribués ou vendus, mis en vente ou exposés aux regards du public; - Soit enfin par des écrits non rendus publics, mais adressés ou communiqués à plusieurs personnes.
Art. 445. Sera puni d'un emprisonnement de quinze jours à six mois et d'une amende de cinquante euros à mille euros.Celui qui aura fait par écrit à l'autorité une dénonciation calomnieuse; Celui qui aura adressé par écrit à une personne des imputations calomnieuses contre son subordonné.
Comment poster une image sur la BAR ?
Nom : Email :
Copiez ici vos liens :
Ragot : HTML TEXT
<< Nouveaux  < Précédent |  969  970  971  972  973  974  975  976  977  978  979  980  981  982  983   | Suivant >  Vieux ragots >>



40580
Mercredi 28 Mars 2012 à 14:05
A 40578 (Pas d'email / Pas de site) a écrit :
Oui en effet, tous les partis confondus nous avaient promis le paradis et nous avons eu l'enfer.
 
40579
Mercredi 28 Mars 2012 à 13:05
RTL (Pas d'email / http://www.rtl.be/info/belgique/faitsdivers/866555/l-ex-bourgmestre-d-ecaussinnes-condamne-a-1-an-de-prison-avec-sursis) a écrit :
L'ex-bourgmestre d'Ecaussinnes condamné à 1 an de prison avec sursis
 
40578
Mercredi 28 Mars 2012 à 12:53
I have a dream... (Pas d'email / http://www.scaussennes.net/tract/tract2006/Action%20Citoyenne%20Ecaussinnoise/Hemberg-Baeyens%20ACE.pdf) a écrit :
à lire si vous êtes morose. Attention à la crise d'apoplexie!
 
40577
Mercredi 28 Mars 2012 à 11:49
pas beaucoup, (Pas d'email / Pas de site) a écrit :
de chance d'être sélectionnée au concours Duma, la sois-disant académie de peinture, un gigolo donne des cours mais n'y connaît rien et les prix ne sont réservés qu' à des artistes éloignés.le jury? c'est de l'arnaque mais l'argent de votre inscription est bien accepté.
 
40576
Mercredi 28 Mars 2012 à 10:58
Alors (Pas d'email / Pas de site) a écrit :
condamné ou pas Bibize?
 
40573
Mercredi 28 Mars 2012 à 08:42
article NG (Pas d'email / Pas de site) a écrit :
bPendant longtemps, Eric
Sirault, le patron de
l’agence IMOGES à
Ecaussinnes, n’a rien dit ou
presque sur le dossier de
l’immeuble à appartements de
la rue du Daim dont le permis
d’urbanisme vient d’être
annulé au Conseil d’État. Alors
que vendredi dans nos
colonnes il expliquait que cette
décision n’était pas si grave
que cela, il revient aujourd’hui
sur l’ensemble de la “saga”, qui
dure déjà depuis plus de quatre
ans.
Le feuilleton de l’immeuble de la
rue du Daim n’est certainement
pas encore fini. Il suffit de voir
encore les derniers rebondissements
lors du Conseil Communal
de lundi (Voir p. 8). Mais comme
le Conseil d’État a désormais
statué, en annulant le permis,
EricSirault,lepatrondelasociété
IMOGESquiestàl’origineduprojet,
a décidé de mettre certaines
choses au point: “Car on a tout
entendu dans ce dossier. Y compris
les pires horreurs sur mon
compte. On voit bien que, au final,
la décision du Conseil d’État
est loinde remettreencause tout
le projet. Elle ne concerne finalement
que l’aménagement des
parkings et la rétrocession d’une
bande de terrain en vue d’une futureethypothétiquevoirie.
Deux
décisions qui ne sont pas passées
en Conseil Communal et qui
n’ontpasfait l’objetd’uneenquête
publique comme elles auraient
dû. De toutes les autres accusations,
il ne reste rien! ”
Du coup, il a décidé de répondre
aux différentes choses qu’il a entendues.
Et pour ce faire, il était
accompagné de Pierre-Marie Van
Den Brande, l’architecte en charge
du dossier.
1 IMOGES a eu son permis
trop facilement et a
commencé à travailler
avant de l’obtenir.
C’est principalement Pierre-Marie
Van Den Brande qui répond à
cette accusation: “L’ordre des architectes
de Belgique conseille à
ses membres de ne pas faire plus
detrois esquisses parprojet.Pour
l’immeuble de la rue du Daim,
j’en ai dessiné une quinzaine! En
fait, et c’est la raison pour laquelle
je m’étonne lorsque l’on dit
qu’il a remis un avis négatif, j’ai
travaillé en permanence avec le
service urbanisme d’Ecaussinnes.
J’ai toujours tenu compte de
leurs remarques, ainsi quede cellesdufonctionnairedéléguédela
Région Wallonne. En tout, nous
avons discuté avec la commune
pendant plus de trois ans.”
Quant au fait qu’ils auraient travaillé
sans permis, Eric Sirault
s’insurge:“ C’est faux! Nous
avions notre permis mais des recours
étaient engagés. C’est donc
tout à fait différent de “l’affaire
Sagawé” où là, effectivement, ils
avaient construit sans permis. ”
2Les gabarits du bâtiment
sont bien trop imposants.
L’immeuble ne s’intègre
pas à l’environnement.
Que ce bâtiment soit imposant,
impossible de le nier. Eric Sirault
n’essaye même pas: “Mais c’est
dû à la configuration de la rue.
D’en bas, c’est sûr que ce bâtiment
en impose car la route est
en forte pente. Mais nous respectonsàlafois
leschémadestructure,
qui a été signé par le Conseil
Communal, je le rappelle, ainsi
que les directives de la Région
Wallonne. Nous avons changé le
projetàplusieursreprises,notamment
en réduisant le nombre de
logements. Les gabarits ont été
fixés dès le mois d’août 2008 en
accord avec le service d’urbanismeet
ils n’ont plus changé par la
suite,contrairementàcequiaété
dit. Il faut savoir que le fonctionnaire
délégué, lui, estimait même
que nous n’allions pas assez
loin.”
Car le fonctionnaire délégué estime,
dans son avis sur ce dossier,
que tout l’îlot, c’est-à-dire les terres
se trouvant derrière l’immeuble
actuel, sera amené à devenir,
un jour, un nouveau quartier
d’habitations dont l’immeuble
de la rue du Daim constituerait
donc l’entrée.
3La voirie mise en cause par
le Conseil d’État devra
être construite pour
permettre l’accès à
l’arrière du bâtiment par
les pompiers.
C’estentoutcascequiaétédit,ou
en tout cas ce que d’aucuns ont
laissé entendre: “C’est totalement
faux ”, réplique Pierre-Marie
Van Den Brande. “Dans notre
projet initial, c’est vrai qu’ilmanquait
de l’espace pour que les camions,
puissent accéder aux balcons
à l’arrière. Du coup, nous
avons réduit une bande verte, repoussé
un peu les arbres, et nous
avonsélargilepassagequisetrouve
à gauche du bâtiment lorsque
nous sommes en face. Donc non,
nous n’avons pas besoin de cette
voirie pour la sécurité.” Et Eric
Siraultprécise:“Enréalité,c’estle
fonctionnaire délégué qui a demandéquenousprévoyionslarétrocession
d’une bande de deux
mètres et que nous prévoyions
unesommed’argentpourlaconstruire,
ce que nous avons fait.
Maissaconstructionesttoutàfait
hypothétique.Rienneditquecette
artère verra le jour avant des
années! Et, somme toute, je comprendsquecettevoirieaitfaitréagirMichelHemberg,
dontl’entreprise
est propriétaire du terrain
situé à l’arrière.Car cela veut clairement
dire que la Région Wallonneestimequ’àl’avenir,
sonterrain
devra devenir du bâti. D’un
autrecôté,pourquoisonentreprise,
quiaattaquélepermisauConseil
d’État, est-elle restée propriétaire
d’une bande de quatre mètres
qui lui donneunaccès direct
àlarueduDaim?Unebandedont
la commune aurait nécessairementbesoin
si elle voulait effectivement
construire la route. Mais
je le répète, nous ne sommes pas
etn’étionspasdemandeursdecette
voirie! ”.
4Il y a aussi un conflit
d’intérêts par rapport à
Sébastien Deschamps qui
n’aurait pas dû siéger au
Collège.
L’échevine Christine Hemberg
estempêchéedanscedossier,son
frère étant riverain. Mais beaucoup
estiment aussi qu’il existe
un conflit d’intérêts pour Sébastien
Deschamps car la société
IMOGES a sponsorisé des projets
de l’ASBL Synergie, présidée par
l’échevin de la Culture: “À force
d’entendreces accusations,jeme
suis aussi posé la question. J’ai
doncprisconseilauprèsd’unavocat
spécialisé dans ces matières.
Celui-cim’aaffirméqu’iln’yavait
pas de problème. D’autant que le
don que j’ai fait était de 300E. Ce
n’est pas grand-chose. C’était parce
que l’ASBL aidait l’école du Sacré-
Coeur,celledemesenfants. Et
comme l’a dit mon conseiller,
dansunvillage, il deviendrait difficile
de siéger s’il y avait conflit
d’intérêts dans ce type de cas. Luc
Jauniaux ne pourrait-il plus siéger
non plus si j’achète trois graines
chez lui? ” Et pour preuve, il
reprend le jugement du Conseil
d’État qui ne retient pas cet argument
dans l’annulation.
Eric Sirault attend encore d’autres
réponses des acteurs du dossier
(Voir ci-dessous).
 
40572
Mercredi 28 Mars 2012 à 08:39
au 40657 (Pas d'email / Pas de site) a écrit :
Deux solutions
la première Ecaussinnes aurait du accepter cette usine sur son zoning , car les vents dominent sur feluy.
La deuxième , monter un parc héolien en face qui dans une fonction annexe donnerait un vent contraire.

Sinon, la solution plus logique , interpeller la région
 
40571
Mercredi 28 Mars 2012 à 07:34
Boute en train (Pas d'email / Pas de site) a écrit :
Dans un foyer pour seniors, deux hommes âgés sont assis sur un banc.
L'un d'eux se tourne vers l'autre et dit :
- "Jos, j'ai 83 ans, j'ai mal partout et j'ai des difficultés à marcher.. Je sais que tu as mon âge. Comment vas-tu ? "
- Je me sens comme un nouveau-né !
- Vraiment, comme un nouveau-né ?
- Oui, pas de cheveux, pas de dents et des couches-culottes ... !
 
40570
Mardi 27 Mars 2012 à 22:21
Pol&Mike suite (Pas d'email / Pas de site) a écrit :
Gérard a fait la même réflexion que J-P " Je suis soulagé".
 
40569
Mardi 27 Mars 2012 à 22:19
Pol&Mike (Pas d'email / Pas de site) a écrit :
Jean-Pierre se met en congé, Jean-Pierre est revenu. Jean-Pierre démissionne, Jean-Pierre est reconfirmé.

Ca me rappelle furieusement la réflexion de cette blonde évaporée de Marie-Chantal qui disait à son mari lors de sa nuit de noce au milieu de ses ébats : " Gérard, entrez ou sortez mais cessez ce va et vient ridicule !".

Ceci dit , je n'ai rien contre JP. Mais quelle pantomime à ... Ecaussinnes.
 
<< Nouveaux  < Précédent |  969  970  971  972  973  974  975  976  977  978  979  980  981  982  983   | Suivant >  Vieux ragots >>


Free counter and web stats # Contact : ragot@ecaussinnes.com
Télévie Ecaussinnes


EXCLUSIF! Calendrier perpétuel avec dates du carnaval et soumonces d'Ecaussinnes